Corinthiens pour deux jours

Les raisons de Corinthe

       Corinthe, située à une petite poignée d'encablures du détroit du même nom ; le lieu nous parait idéal pour nous poser, revoir les différents pleins (cambuse, eau et gasoil), faire un bout de lessive, avant de nous glisser dans le très étroit passage qui nous mènera, 3 miles plus loin, aux portes du golfe Saronique.

Lumière voilée sur la cité moderne

       Partis de Galaxidhi vers 08:00, nous voici amarés  à 17:30 au petit port de plaisance de Corinthe, le long du môle qui nous sépare du bassin des pêcheurs.

           Nous sommes loin, bien loin de la si belle lumière du petit village grec quitté le matin... Mais malgré la grisaille qui nous entoure à notre arrivée ici, malgré une espèce de désordre général rendu par un hétéroclisme urbain parfois un peu déconcertant, on parvient assez aisément à la percevoir, cette lumière...

             Plus ténue, plus subtile, elle est certes nettement moins éclatante... Empreinte même d'une certaine tristesse , elle semble signer un combat silencieux, douloureux, un peu à l'image de la longue guirlande de tags aux couleurs passées, fatiguées,... qui ornent le quai du port de pêche,...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

... ou encore ceux des imposantes tourelles, babord et tribord, encadrant l'entrée.

         Ici, en l'absence de tout vernis - les touristes étant certainement davantage attirés par le site antique de l'ancienne Corinthe - les répercutions sur le peuple grec d'une économie désastreuse est d'autant plus palpable... Peut-être nous trompons-nous (et ce serait plutôt heureux...), victimes des infos distillées par les médias de notre cher pays...Toujours est-il que nous ne nous sentons pas super à l'aise avec notre "Yacht" et l'image parfois perçue, à tort ou à raison...

     Le très joli rayon de soleil est également dans le sourire d'Ahmed qui vient nous accueillir sur le quai du port municipal, dans ses mains qui attrappent les amarres, dans son coeur avec la richesse des échanges et l'aide apportée.

     Très rapidement, nous saurons où trouver de l'eau, où acheter du gasoil, où faire les courses alimentaires.

     D'origine tunisienne, Ahmed se trouve là, un peu comme drossé sur les côtes grecques alors que la tourmente secoue son pays... Il est présent à l'arrivée des petits et gros bateaux, troquant services et gouttes de sueur en échange de quelques piécettes.

Quelques photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yol, tout linge dehors !

Écrire commentaire

Commentaires: 0