Direction : Nisyros, la volcanique.

Cette fois-ci, c'est pour de bon ; nous allons amorcer notre retour à la maison en prenant un cap plus à l'ouest...

Nous allons également enfin quitter le territoire turc occupé de façon illégale depuis le 1er novembre...

Oui, mais pas trop vite !

La distance qui nous sépare de nisos Nisyros est plutôt courte : moins de 15 miles nautiques.

Il fait bon dehors, même assez chaud sous le soleil... Aussi ne voyons-nous pas vraiment d'urgence pour appareiller et nous offrons tout le temps nécessaire pour saluer les personnes croisées à Palamut, et avec qui nous avons pu échanger durant cette dernière escale anatolienne.   

Il y a Ahmet, le grand amateur de pêche à la ligne que l'on peut voir dès la tombée de la nuit, assis au bord du quai, silencieux, immobile, le regard posé sur la surface de l'eau...donnant l'impression de méditer,...

...mais également "Mösyö", un homme plutôt déconcertant, à la fois jovial et un brin mystérieux, déambulant avec son vélo musical,... et pas mal bavard aussi !

Davantage dans le centre du bourg il y a l'épicier, et puis le patron du bar/restaurant, qui aura mis à notre disposition une de ses douches et permis à Selim de voir un match de foot mettant en scène son équipe favorite : Galatasaray...

 

Tout ce petit monde va se montrer généreux en mots d'encouragements, voire en petits cadeaux... 

La coupe à fruits-filet du carré de Yol ne suffira pas pour contenir les nombreuses oranges, mandarines et autres grenades offertes avec tant de gentillesse !...

Aller, il nous faut partir !

Eh oui parce que, mine de rien, le temps passe vite !...

Certes, les vents d'une petite dizaine de nœuds, idéalement orientés Nord-Est pour un cap Ouest Sud-ouest, nous permettront d'atteindre confortablement, quasiment en un seul bord, l'île de Nisyros...

Mais encore une fois, c'est à la nuit tombante que nous nous apponterons le long du quai du sympathique port de la petite bourgade de Pali, et ainsi rejoindre deux autres voiliers, également en transit sur Nisyros.


"Fous ta cagoule hey !... Fous ta cagoule ! Fous ta cagoule ! Ou t'auras froid, t'auras les glandes t'auras les boules ! Fous ta cagoule, ouais !"
En route pour Nisyros. Fin novembre, lorsque le soleil décline et, qui plus est, lorsqu'on est à l'ombre de la grand voile, on apprécie de resortir les vêtements d'hiver... N'est-ce pas les enfants ?...

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Pascal (mardi, 09 décembre 2014 10:58)

    Couvrez-vous bien et bon vent :-)