dim.

12

déc.

2010

Pourtant, il nous faut mettre les voiles ...

L'île de Porquerolles, "... Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté ..."

Le matin, à son réveil, comment ne pas tomber sous le charme de la belle, ... encore toute décoiffée,... pudiquement nimbée d'un léger voile de brume…

 

Le soleil disperse une délicate lumière argentée sur le village, jusque sur la table du bar autour de laquelle la petite famille a pris place.

 

Il n'y a quasiment personne dans le village ; les rues et la grande place de l'église sont désertes, vidées de la folie touristique des mois d'été.

De nombreux restos, rideaux et volets tirés, ont déjà pris leurs quartiers d'hiver.

Nous percevons la lente respiration de l'île, tranquille et profonde, véritable invitation à se mettre au diapason.

L'instant vécu est précieux ; Il y a quelque chose de l'ordre du privilège, nous en  avons pleinement conscience...

 

S'il vous plait,... dessine moi une carte !...

 ... "Tabiï aslanım, sorun değil !..."

(... " Mais... pas d' problème mon grand !...")

 

 

 ... scrrritch !... sssscrssscccrriitch ...

 

    et ...

 

 

 

        ... Tadaaaaaa  !....

L'homme se tenait devant nous, assis sur un rocher, le regard tourné vers  l'horizon, perdu dans l'infini azur...

Coiffé d'un sarık d'une autre époque, le temps semblait ne plus avoir d'emprise sur ce monsieur venu d'un autre monde ...

 

Sans dire mot, il fit danser ses crayons sur une grande feuille de papier qu'il déroula avec soin ; nous découvrons alors, sous nos yeux stupéfaits, la représentation plutôt précise de l'archipel des trois îles pricipales d'hyères, ainsi que la côte toute proche ...

 

Son nom est Piri Reis.

 

Piri Reis, amiral turc, grand navigateur, un brin pirate et excellent dessinateur de cartes marines.

 

Il est l'auteur d'un portulan turc appelé Kitab'i Bahriye (Le Livre de la Mer) daté des années ... 1521-1524 !

Le Livre de la Mer étant l'équivalent du "Bloc Marine" d'aujourd'hui ...

 

Piri Reis connait bien la région pour y avoir séjourné en 1508, où il aurait commis quelques exactions ...

 

Deuxième p'tit saut de puce : cap sur Cavalaire

"Il est treize heures, mon trésor ... on bouge ?"

 

Nous voilà donc repartis, sous le doux ronron du moulin qui nous accompagnera durant la majeure partie de notre navigation, faute de vent ...

La nuit est déjà tombée lorsque nous passons les amarres au ponton du port de Cavalaire ...

Nous ne trainons pas ; demain, nous partirons assez tôt pour le troisième saut de puce qui nous amènera un poil plus loin que les deux précédents,... Cannes.

Aussi mangeons nous, puis dodo... dans un calme absolu !

 

0 commentaires

sam.

11

déc.

2010

L'île de Porquerolles, notre première escale ...

 

... ou plus précisément le port de Porquerolles, qui va gentiment nous "prêter" un de ses pontons, déserté en ces jours de décembre.  Il est 20:30 ; le port est plongé dans la nuit et nous, nous piquons voluptueusement une tête dans les bras de Morphée ...

 

0 commentaires

sam.

11

déc.

2010

Le jour du grand départ

Noooonnn !!!..... Si si ! On part bien ce jour ! ...

 

Mais ils vont cailler !

L'idée de partir alors que l'hiver frappe à la porte pourrait sembler curieuse... Il est vrai qu'à l'origine du projet, nous envisagions de quitter Saint Mandrier au cours du printemps 2010, la douceur du temps nous invitant alors davantage au cabotage et à la flânerie, afin de profiter pleinement des richesses méditerranéennes.

Mais le bateau une fois prêt, plus rien ne pouvait nous retenir... Parés pour affronter le froid avec des vêtements chauds et adaptés, nous nous réjouissons de nos futures navigations hivernales, à plusieurs encablures de la cohue estivale.

 

 

Ce samedi 11 décembre est donc le jour de notre grand départ.

 

Bye bye !

On se salue avec les voisins amis du ponton, on s'embrasse...

Dernières petites recommandations et conseils pratiques, toujours les bienvenus !...

 

Et puis plus secrètement, il y a les paroles des regards qui se croisent, plus discrètes, plus ténues, à peine chuchotées, mais qui ont la puissance de la confidence ;

Les mots que distillent les yeux  semblent ainsi nous confier le désir suscité..., quitter aussi le port et partir, comme pour s'échapper de je ne sais trop quoi ...

 

Il finit par ne rester plus que la famille, alors réunie pour la circonstance.

 

Pascal est là, bien-sûr, avec toute l'attention protectrice du grand frère.

 

Et puis sont venus nous rejoindre, de Saint Pierre de Boeuf, Osman, le petit frère de Nazmiye, ainsi que Gülcan son épouse et bien-sûr  Ilhan, leur "grand petit".

 

Patricia (cousine du capitaine) et Gérard Puimatto auraient pu aussi nous accompagner, si toutefois je n'avais pas été aussi négligent !... Un p'tit coup de fil aurait suffi pour que ces généreux passionnés et fin connaisseurs de voile se joignent à l'ensemble de la communauté et "agitent les mouchoirs blancs"...

 

Tu pars ou tu pars pas ?

Le moteur tourne à 1200 rpm, pour le préchauffage, tandis que des amarres plus légères, passées en double dans les chaumards, remplacent désormais les anciennes qui, lovées autour de leur amortisseur, ont pris place dans un coffre du cockpit.

 

Seuls sourires et rires trahissent les émotions du moment, pudeur des sentiments.

 

La pendille jetée à l'eau, les amarres arrières filent doucement dans les chaumards. Yol glisse prudemment et quitte tranquillement son emplacement,   l'absence quasi totale du moindre souffle d'air aidant...

 

Il est 15:30

Il fait beau, à fond de ballon !

 

Faux départ !

Voilà, nous sommes donc partis, l'étrave de Yol résolument pointée vers la sortie de la grande rade de Toulon...

 

...vraiment partis ?...

 

...ben  heu...oui ?...C'est que ... enfin non ,... pas vraiment !... Nous avons juste oublié trois de nos pare-battages, restés accrochés sur les filières de Pat, le bateau de Gilbert, notre génial voisin de tribord !

Allez hop ! Retour à la case départ ! Demi-tour, cap sur le port de Saint Mandrier !

 

Deuxième départ

Nous r'voilà donc partis, mi amusés, mi "AAAAAARRGH !!!", l'ensemble des pare battages au complet, stockés façon deux grappes de raisins sous le portique de Yol.

 

Gentlemen sailors

Lors de la traversée de la grande rade, deux marins amis nous ont fait l'honneur de se dérouter pour nous saluer ...

Merci à toi, Pascal, capitaine de Loaftboat ! Et merci à toi aussi, Robin, capitaine de La Cecilia !

 

3 commentaires

l'Edito d'avant le départ

Bonjour les Terriennes et les Terriens ,

 

    Voici plus d'un an que nous avons troqué notre région du Léman pour le paysage et le climat de la méditerranée ...

    Nous pensions que les choses iraient un peu plus vite : 12 mois environ pour préparer l'embarcation et l'équipage, ... et vogue la galère ...

Enfin, c'était sans compter notre lenteur d'exécution, mais aussi, à notre décharge, la masse de tâches à accomplir !...

  Aujourd'hui, nous projetons d'appareiller début décembre 2010 ;-), pour hiverner quelque part, dans un endroit au climat plus doux ...

  De toute façon, comme disent les Helvètes, "y'a pas l'feu au lac !.."

  Et ça tombe plutôt pas mal parce que nous, nous pensons qu'en Méditerranée non plus !

 Et puis finalement, ce qui compte pour nous, c'est que nous continuions notre "Yol", à notre vitesse...

 

 

  Nazmiye, Bruno, Ismaël et Selim.

 

 

 

Quelques détails techniques...

Encore quelques réglages... et bientôt le départ !!!