sam.

10

déc.

2011

Vous n'êtes pas censés le savoir...

Le 13 septembre dernier, après un peu plus de 24 heures de navigation, nous atteignions la côte turque pour attérir à Sığacık, comme vous n'êtes pas censés le savoir puisque nous ne nous sommes pas (encore) exprimés sur le sujet...

Sur un ponton de la très "chicos" et insignifiante Teos Marina de Sığacık, en Turquie.
Sur un ponton de la très "chicos" et insignifiante Teos Marina de Sığacık, en Turquie.

 

 

 

 

 

 

Coucher de soleil à Kuşadası.
Coucher de soleil à Kuşadası.

     Mais Sığacık n'étant pas un des ports d'entrée - par lesquels il est impératif de passer si l'on doit effectuer les formalités de douane - nous quitterons rapidement la marina et profiterons de conditions météo vraiment favorables pour venir s'amarrer à celle de Kuşadası, 30 miles plus loin... comme vous n'êtes toujours pas censés le savoir !

     La marina de Kuşadası est située au coeur de la cité, ce qui rend l'endroit pratique et plutôt agréable.

     Les formalités d'entrée sur le territoire turc seront facilitées par les services du port ; partis avec nos passeports, ils reviendront dans la journée, les papiers tamponnés là où il faut...

         Voilà donc ! français, le visa touristique en poche, nous disposons de 90 jours pour aller gambader où bon nous semble, dans toute la Turquie !... Mais attention, 90 jours, ça n'est pas 91 !... Les autorités turques ne rigolent pas avec ça, la note pouvant se révéler particulièrement salée ; autant de jours en plus coûtent 1200 TL/jour et par personne... Qu'on se le dise !...

 

 

Quitter Kıyıkışlacık pour Güllük, simple formalité.

 Amarrés au fond de la tranquillissime baie d'Asın Lımanı depuis le 16 novembre dernier comme bien évidemment, vous n'êtes toujours pas censés le savoir, nous surveillons du coin de l'oeil le calendrier et la date du 12 décembre que nous avons précautionneusement entourée d'un trait rouge ; date que nous ne devons surtout pas dépasser sans avoir effectué les démarches administratives nécessaires... comme vous le savez !...

 Non loin de là, à seulement 3 miles d'ici se trouve Güllük proposant, outre un petit port municipal sympa, les services de police et de douanes que nous recherchons... ainsi que, (nous le découvrirons sur place), une patisserie... pour le plus grand bonheur de Nazmiye...

7 commentaires

jeu.

03

nov.

2011

Corinthiens pour deux jours

Les raisons de Corinthe

       Corinthe, située à une petite poignée d'encablures du détroit du même nom ; le lieu nous parait idéal pour nous poser, revoir les différents pleins (cambuse, eau et gasoil), faire un bout de lessive, avant de nous glisser dans le très étroit passage qui nous mènera, 3 miles plus loin, aux portes du golfe Saronique.

Lumière voilée sur la cité moderne

       Partis de Galaxidhi vers 08:00, nous voici amarés  à 17:30 au petit port de plaisance de Corinthe, le long du môle qui nous sépare du bassin des pêcheurs.

           Nous sommes loin, bien loin de la si belle lumière du petit village grec quitté le matin... Mais malgré la grisaille qui nous entoure à notre arrivée ici, malgré une espèce de désordre général rendu par un hétéroclisme urbain parfois un peu déconcertant, on parvient assez aisément à la percevoir, cette lumière...

             Plus ténue, plus subtile, elle est certes nettement moins éclatante... Empreinte même d'une certaine tristesse , elle semble signer un combat silencieux, douloureux, un peu à l'image de la longue guirlande de tags aux couleurs passées, fatiguées,... qui ornent le quai du port de pêche,...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

... ou encore ceux des imposantes tourelles, babord et tribord, encadrant l'entrée.

         Ici, en l'absence de tout vernis - les touristes étant certainement davantage attirés par le site antique de l'ancienne Corinthe - les répercutions sur le peuple grec d'une économie désastreuse est d'autant plus palpable... Peut-être nous trompons-nous (et ce serait plutôt heureux...), victimes des infos distillées par les médias de notre cher pays...Toujours est-il que nous ne nous sentons pas super à l'aise avec notre "Yacht" et l'image parfois perçue, à tort ou à raison...

     Le très joli rayon de soleil est également dans le sourire d'Ahmed qui vient nous accueillir sur le quai du port municipal, dans ses mains qui attrappent les amarres, dans son coeur avec la richesse des échanges et l'aide apportée.

     Très rapidement, nous saurons où trouver de l'eau, où acheter du gasoil, où faire les courses alimentaires.

     D'origine tunisienne, Ahmed se trouve là, un peu comme drossé sur les côtes grecques alors que la tourmente secoue son pays... Il est présent à l'arrivée des petits et gros bateaux, troquant services et gouttes de sueur en échange de quelques piécettes.

Quelques photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yol, tout linge dehors !

0 commentaires

mar.

30

août

2011

24 heures de nav. en mer ionienne, et Galaxidhi pour étape.

Qu'Ulysse nous pardonne,...

     ...nous ne nous arrêterons pas à Ithaque pourtant si proche... Ayant pris parti pour une route la plus directe possible sur la Turquie, nous ne te saluerons pas, ô valeureux chef grec !

  Mais nous reviendrons !... Nous reviendrons et laisserons sans retenue s'échapper de "l'enclos de nos dents" les mots justes à ton égard...

Oui Ulysse, nous retournerons et nous louerons ta force, ta ténacité, ta ruse et ton courage...

     Ithaque sur notre tribord, la petite île Oxia sur notre babord, nous filons tranquillement vers l'embouchure du golfe de Patras.

Nous envisagions de gagner le port de Missolonghi pour y passer la nuit... Mais nous sommes partis un peu tard, et le soleil disparait rapidement derrière les îles ioniennes.

  L'approche de Missolonghi se faisant en empruntant un chenal étroit, nous optons finalement pour continuer notre navigation durant la nuit, et aller un peu plus loin...

Coucher de soleil sur Ithaque... Cadeau !
Coucher de soleil sur Ithaque... Cadeau !

     Cette navigation nocturne se passe tranquillement ; nous traversons donc le golfe de Patras et  passons à minuit sous l'immense viaduc qui nous ouvre la porte du golfe de  Corinthe.

 

 

 

Un autre cadeau...

    ...notre arrivée à Galaxidhi, un gros village juché sur un petit promontoire et organisé autour d'un modeste et charmant port que l'on découvre niché dans une baie étroite.

Selon le guide nautique, nous devions y trouver un abri sûr ; nous découvrons finalement bien plus que cela : un  hâvre de paix.

 

 

   Les maisons, belles de simplicité, badigeonnées de blanc ou de pastels, nous ravissent...

Nous nous amarrons "cul à quai" dans un calme absolu... Nous n'avons qu'une petite dizaine de mètres à parcourir pour profiter de l'ombre bienfaitrice des terrasses des tavernas. Pas de musique tonitruante, peu de monde,... un régal ! 

 

 

 

     Tranquillement installé à la terrasse d'une "taverna", un homme repère notre arrivée et nous fait signe... Très gentiment, il nous invite à sa table,... et nous offre le café !

 

 

 

 

 Anastasis, ancien capitaine de cargo, réside avec son épouse à Athènes. Il dit apprécier de s'extraire de la mégapole pour se retrouver ici, dans une ancienne maison familiale, en compagnie de leurs dix-sept chats !

C'est également l'occasion d'échanger, avec intelligence et sans a priori, sur l'histoire grecque et les relations greco-turques.

3 commentaires

dim.

28

août

2011

Yaisas "Levkada" !...Hello "One House Bay" !

     Dimanche 28 août, nous quittons donc Levkada et la bruyante effervescence de la rue longeant le quai.

Nous ne sommes pas les seuls !...
Nous ne sommes pas les seuls !...

 

 

       La très récente et moderne marina sur notre tribord, nous nous joignons au cortège des  embarcations, nombreuses à emprunter le canal qui, creusé dans les marais salants, offrira bientôt à nos yeux un paysage champêtre assez innatendu dont nous apprécierons la tranquillité !...

 

 

 

 

 

     Prudente et concentrée, d'une main légère, Nazmiye fait glisser Yol,...doucement,... entre marais salants et lagunes...

     Les conditions de vent sont tranquilles, trop même,... à notre goût... jusqu'en milieu d'après-midi où Eole va nous donner un petit apperçu quant à ses sautes d'humeur...

          15:30, 2 noeuds de vent

          16:30, 13 noeuds

          17:30, 20 noeuds...

 

     ... 18:30,...nous n'apprécions que davantage le p'tit apéro de fin de navigation, mouillant désormais dans l'eau cristalline de One House Bay, une crique magnifique que nous offre l'île d'Atokos.         

 

 

 

 

 

 

 

 Île d'Atokos, "One House Bay" : seules une chapelle et une petite maison au fond de cette incroyable baie aux eaux bleues turquoises et cristallines,... nous n'avons rien besoin de plus !...

 

 

 

 

 

   Île d'Atokos, crique "One House Bay", oeuvre naturelle, expos. permanente !

     ... Et pourtant nous quitterons ce lieu enchanteur dès demain,... une longue navigation nous attend !

 

3 commentaires

jeu.

25

août

2011

Nisos Levkas, première escale grecque.

     Deux jours et deux nuits d'une tranquille navigation (efcharistos Eole !...), et nous voici dans le port municipal de Levkas.

 

 

 

 

 

 

Impressionnante, déroutante même, l'arrivée sur Levkas ; ce n'est qu'au dernier moment que l'on découvre l'embouchure du canal qui doit nous mener jusqu'à la ville ...

 

 

 

 

 

Nous y cheminons quelques métres, et atteignons un pont routier...flottant.

 

 

 

 

 

A chaque heure ronde, le pont reléve une de ses extrémités ou, comme sur la photo, pivote, permettant alors aux bateaux de passer.

Après le détroit de Messine, en touchant les côtes grecques, nous avons le sentiment de franchir à nouveau une étape ; nous nous rapprochons en effet sérieusement de notre but du moment : la Turquie...

 

De prime abord, il est intéressant de noter une certaine similitude entre ces deux pays. Dans le domaine culinaire par exemple ; une cuisine simple, riche en légumes frais, de salades souvent accompagnés de sauce rafraichissante à base de yaourt. Les Pitas (sandwich grec) ne diffèrent des kebab que par  le pain, une espèce de galète roulée en cône et recevant viande, tomate, oignons et sauce.  Certaines patisseries également ne sont pas sans rappeler les délicieuses Baklava !...

 

 

Une fois l'intense chaleur de la journée atténuée, nous avons plaisir à déambuler dans les ruelles pavées d'une ville simple, récemment reconstruite (Levkas, comme bon nombre de villes dans la région, a été entièrement détruite lors d'un tremblement de terre, en 1953).

Sur la route de Levkas, quelques scénes...

Préparation du repas, les enfants s'y collent !
Préparation du repas, les enfants s'y collent !
Tous les moyens sont bons pour faire de l'ombre et s'y réfugier au moment du repas !
Tous les moyens sont bons pour faire de l'ombre et s'y réfugier au moment du repas !
La lecture à bord, c'est le pied !!
La lecture à bord, c'est le pied !!

 

 

 

Arrivederci Italie  !...

 

 

 

 

 

Kalimera Grèce !

1 commentaires